La nouvelle émission de Radio Crésus est en ligne !
 
Quatre personnes témoignent de leur situation d’impasse budgétaire :
 
Marc, ancien dirigeant d’entreprise, a tout perdu.  Son entreprise était pourtant bien lancée et son business plan bien ficelé jusqu’à ce qu’un changement de politique fiscale ne contrarie son avenir.
Au revoir les investisseurs, bonjour les difficultés ! Placée en redressement, son entreprise sera finalement liquidée. Comment Marc s’en est-il sorti ?  Ecoutez son témoignage sur radio Crésus.
 
Frédérique, 52 ans, cadre dirigeant et  mère de 4 enfants, a été touchée par un licenciement économique et confrontée au décès de son époux. Elle refuse dans un premier temps les mains tendues par culpabilité de ne pas avoir été à la hauteur-  et  s’enfermera dans la politique de l’autruche. Comment a-t-elle surmonté ce sentiment de culpabilité et accepté de recevoir l’aide bienveillante qui lui était offerte ?
 
Roger, quant à lui, reconnait avoir fait des mauvais choix après la séparation de son couple : il a laissé filer les impayés en négligeant de régler ses factures courantes, laissant grossir son endettement. Malgré les conseils de son entourage, il refuse de l’aide. Alors qu’il décide de réagir, il comprend que cela ne sera pas possible en ne comptant que sur lui seul pour honorer ses dettes. Après 5 années, il accepte de déposer un dossier de faillite civile…
 
Fabienne, en contrat à durée déterminé, à décidé d’être mère contre l’avis de ses parents et de son entourage. Aujourd’hui, jeune maman d’un enfant de 8 mois, et  avec moins de 900 €  d’allocation congé parental par mois,  elle doit faire face seule à son loyer de 500 € et aux crédits pour sa voiture et à sa banque alors que sa capacité de remboursement est négative ! Isolée, comment va-t-elle faire pour trouver une issue à cette situation ?
 
Radio Crésus remercie Marc, Roger, Frédérique et Fabienne qui ont accepté  de témoigner sur radio Crésus. 

 

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

 

Animateur : Régis HALTER, Sandrine DEPARIS 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

Écoutez les interviews poignantes des personnes qui se sont livrées sur Radio CRÉSUS. 

Caroline menait une vie tranquille jusqu’à l’accident très grave de son enfant. Elle a été contrainte de trouver un domicile proche du centre de rééducation de sa fille dans une ville, isolée de ses proches. Afin de supporter le poids de cette épreuve, Caroline s’est peu à peu réfugiée dans les jeux d’argent pour glisser inexorablement vers une véritable addiction au point de ne plus se reconnaître elle-même. Pour se retrouver et faire face à cette insoutenable souffrance, elle a décidé de demander de l’aide pour traiter ce qu’elle accepta de reconnaître comme une maladie. Écoutez son témoignage qui explique pourquoi l’accompagnement budgétaire de CRÉSUS a été primordial dans son parcours de soins.

Jean est tombé de très haut : salarié dans le secteur du BTP, il se retrouve au chômage à 50 ans. Confiant au départ, sa recherche d’emploi se transforme en mission impossible en raison de son âge. A cette désillusion va s’ajouter progressivement un sentiment d’inutilité sociale. Comment Jean peut-il s’en sortir alors qu’il gagnait 1 600 € par mois en activité, 1 100 € au chômage et seulement 500 €/mois d’allocation solidarité spécifique aujourd’hui ?

Danielle est agent hospitalier et gagne 1 400 € net par mois. Elle a progressivement accumulé un grand nombre de crédits renouvelables pour s’endetter jusqu’à 40 000 €. Mère seule d’un enfant de 16 ans, elle n’a plus réussi à honorer ses échéances de crédits. Prise au piège dans une spirale infernale, elle a déposé un dossier de surendettement et obtenu un plan de remboursement. Comment vit elle la situation pour elle-même et pour son fils ?

Amélie, jeune sénior, est une personne dynamique et engagée. Elle a toujours été soucieuse de son prochain et ne s’est jamais ménagée dans son travail. Elle nous décrit son parcours professionnel jusqu’au moment fatidique de son accident vasculaire cérébral (AVC) qui l’a conduit à une situation financière irrémédiablement compromise. Écoutez Radio CRÉSUS pour savoir comment Amélie a pu trouver une solution qu’elle n’imaginait pas.

CRÉSUS remercie Caroline, Jean, Danielle et Amélie pour leurs courageux témoignages. 

Crésus peut également vous accompagner dans des addictions aux jeux d'argent.

 

Pour en savoir plus sur les addictions  :

https://www.actions-addictions.org

https://www.addictaide.fr

http://www.addictologie.org

https://sos-addictions.org

https://sosjoueurs.org

 

 

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

 mois_ESS

 

Thème : Le traitement des difficultés des très petites entreprises (TPE).

Qui se préoccupe du sort des très petites entreprises (TPE) en difficultés financières ?
Crésus a décidé de mettre en lumière les difficultés que rencontrent les TPE tout en explorant les solutions actuelles et émergentes et interroge sur le rôle que joue ou pourrait jouer l'économie sociale et solidaire en pareille situation.

L’émission se décline en 3 parties ponctuées de témoignages de chefs d’entreprise et d’analyse d’avocats.

  • Quelle définition pour la très petite entreprise ?
  • Quelle place occupe de la TPE dans le monde des entreprises ?
  • Les difficultés que peuvent rencontrer les TPE.
  • Quelles peuvent être les réponses à ces difficultés ?

Ecoutez les témoignages d’Alexandre, de Bruno, de Joseph et de Régis, qui relatent avec dignité leurs parcours pour tenter de sauver leurs d’entreprises !


Crésus remercie Justine SCHOTTEL, Présidente de l’association APESA 67, Maître David FRANCK, Maître Thierry EDMOND, ainsi que Julien DANI, stagiaire élève-avocat pour leur participation et Olivier LEGRAS pour la technique.

 

Source : Chiffres de l’INSEE de novembre 2018.
Pour la situer les TPE dans le monde de l’ESS, consulter l’Atlas commenté de l’économie sociale et solidaire année 2017.

Très petites entreprises, à qui demander de l’aide ? Où s’informer ?

Où trouver d’autres informations ?

https://www.economie.gouv.fr/toutes-les-actualites-vous-orienter/thematique/entreprises-en-difficulite-29

 

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

 

La nouvelle émission de Radio CRESUS est disponible en ligne. De nouveaux témoignages édifiants sont à écouter.


MARCUS, retraité, ancien chef d’entretien, a fait l’objet d’un contrôle fiscal en 2010 suivi d’un redressement de 80 000€. Malgré son combat pour contester cette créance, il doit faire face aujourd’hui à une saisie de la moitié de sa pension de retraite soit 1 250€ sur 2500€ de retraite.
Comment peut-il aujourd’hui s’en sortir avec « les deux genoux à terre » ?

DANI se retrouve dans une situation inexplicable suite à une accumulation de crédits à la consommation. Elle avoue ne pas s’être rendue compte de la gravité de son endettement. Elle a décidé de déposer un dossier de surendettement qui l’oblige aujourd’hui à vendre le bien immobilier qu’elle possède pour moitié avec sa mère. 
Dani nous explique le chemin qui l’a conduit à sa dette abyssale et la manière dont elle espère aujourd’hui sortir du gouffre.

SUZANNE était dans une situation financièrement confortable jusqu’à la perte de son emploi. En un an, les dettes se sont accumulées. Pour faire face, elle a dû vendre sa maison avec une perte de 70 000€, laissant subsister une dette de 250 000€. Elle a bien tenté de trouver des arrangements avec sa banque. Sans succès.
Elle explique comment il lui a été difficile d’accepter sa situation de surendettement : elle est aujourd’hui prête à déposer un dossier de surendettement.

BRUNO, ancien gérant d’une SARL, s’est battu jusqu’au bout pour sauver son entreprise de jardinerie. Victime de clients douteux et de manque de souplesse de l’administration en charge des créances sociales, il a dépensé beaucoup d’énergie sans trouver pour autant d’interlocuteurs et de solutions adaptés. Il a décidé de reprendre une activité salariée pour vivre.
Pour son entreprise, il a finalement été contraint de mettre la clé sous la porte en faisant sa déclaration de cessation des paiements.
Grâce à CRESUS, il a pu reprendre confiance en lui et a décidé de s’engager pour aider les autres.

DOUCHKA vit seul avec sa fille. Elle a perdu une partie de ses ressources suite à un arrêt longue maladie reconnu comme maladie professionnel. Pour continuer à faire vivre sa famille et par nécessité, elle a été emmené à utiliser une carte de crédit pour payer ses dépenses quotidiennes. Elle s’est vite rendu compte que ce fonctionnement lui été préjudiciable et a tenté de trouver une autre solution auprès de sa banque, en vain.
Elle décide de déposer un dossier de surendettement. Découvrez la réponse apportée par la commission de surendettement en écoutant son témoignage sur Radio CRESUS.

CRESUS remercie Marcus, Dani, Suzanne, Bruno et Douchka pour leurs courageux et poignants témoignages.

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

 

Le surendettement n’arrive pas qu’aux autres : de nouveaux témoignages sont à écouter sur radio Crésus, l’unique radio de France consacrée aux personnes en impasse financière et en situation de surendettement. Parler d’argent sans tabou ? Grâce à Radio Crésus, c’est possible. 


CHARLES avait une activité de commercial. Aujourd’hui en préretraite il est en situation de maintien de droits versés par Pôle Emploi, avant son passage à la retraite dans 20 mois. Il est divorcé. Il touche 940 € par mois et est hébergé gratuitement par ses parents. Le total de ses dettes est d’environ 300 000 euros. Les rejets de paiements se multiplient : le dépôt d’un dossier de surendettement est inéluctable. Devra-t-il payer ses dettes ou pourra-t-il bénéficier d’un effacement ? 

JOHN est accro aux jeux d’argent et il a accumulé des crédits pour assouvir sa passion. Il explique comment il est entré dans la spirale du jeu d’argent et pourquoi il n’a pas pu s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard pour son budget. Aujourd’hui John est suivi par un médecin et a décidé d’être accompagné par Crésus pour ses difficultés budgétaires. Écoutez son conseil ! 

INFO CRÉSUS // Pour toute information en cas de problème de jeu excessif, rendez-vous sur les sites internet : 

ERIC a déposé un dossier de surendettement en novembre et a obtenu la recevabilité en mars de l’année suivante.  Le dossier a été orienté vers un rétablissement personnel sans liquidation judiciaire (effacement des dettes) Les mesures ont été imposées en juin 2019. Eric repart à zéro et dit renaître de ses cendres. Écoutez son histoire sur radio Crésus. 

DANIEL était boulanger. Il a dû liquider son affaire. Alors qu’il pensait que tout était réglé, les URSSAF (anciennement RSI) lui réclament 5 300 €. Le tribunal confirme la dette.  L’huissier lui demande de régler  1 500€ par mois.  Actuellement sans emploi, Daniel ne peut faire face à la demande. Comment va-t-il s’en sortir ? 

GUITARI donne des cours de musique. Il connaît une baisse de revenus depuis quelques mois et se retrouve en interdiction bancaire pour une modeste somme. Il tombe en dépression et c’est son médecin qui va lui conseiller de voir Crésus pour régler ses difficultés financières. Guitari est propriétaire de son F1 (valeur de 70 000€) qu’il risque de perdre pour 5000€ de dettes. Quelle solution s’offre à lui ? 

LAURENCE est victime d’un « pass foncier » (dispositif d’accès à la propriété)  qui a été mal ficelé. De petits crédits supplémentaires ont été souscrits pour terminer les travaux. Ajouté à cela, le divorce de Laurence aura eu raison de l’équilibre de son budget. Aujourd’hui en colocation, elle essaie de faire face avec son enfant. Comment s’en sortir lorsqu’on est confronté à une telle situation que l’on vit pour la première fois ? 

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

  

Le thème de l’émission Radio Crésus du 05 avril 2019 est un sujet d’actualité : Peut-on mieux vivre avec moins, dans notre société ?

 

Notre émission est d’autant plus spéciale car elle a été co-construite et co-animée avec « Les Défricheurs », un média positif basé à Strasbourg, qui valorise l’engagement citoyen et nous informe des initiatives positives dans divers domaines sur notre territoire. Ce sont des reporters de la transition à la recherche d’acteurs de terrain qui portent de beaux projets qui font du bien à la planète, mais aussi de citoyens qui expérimentent des alternatives aux enjeux de la société d'aujourd'hui. Les Défricheurs, nous invitent à regarder autrement l'information, à dépasser la sinistrose des médias, et à agir pour un monde durable et désirable :

 

Cette émission spéciale sera ponctuée de micro-trottoirs, d’interviews et de nombreuses sources d’informations pour vous aider à mieux comprendre les idées, les concepts et les pratiques qui consistent à se poser les bonnes questions :

  • Comment vivre heureux sans argent ?
  • Le bonheur tout simplement, est-ce possible ?
  • Qu’est ce que le minimalisme ?
  • Peut-on vivre une sobriété heureuse ?

 

Tout au long de l’émission, nos invités sont intervenus pour nous faire par de leurs expériences, leurs vécus :

  • Araceli VALDEZ, journaliste et présidente des Défricheurs et Kevin BRAUER, membre des Défricheurs et animateur radio
  • Marie HOFFSESS, conseillère en désencombrement, naturopathe et adepte de la simplicité volontaire. Ce dernier est un mouvement écologique de réduction des possessions matérielles et de recherche d’une vie plus riche en rencontres humaines : http://mariehoffsess.com/
  • Fanny HUET, strasbourgeoise de 28 ans, YouTubeuse minimaliste et écolo avec plus de 2 470 abonnés à sa chaîne Greener Life Better Life, où l'on peut visionner des vidéos sur l’écologie, les voyages et l’entrepreneuriat.
  • Bruno VINCENT, formateur/animateur à CRÉSUS et philosophe.

Pour commencer, peut-on mieux vivre avec moins ? N’est ce pas un peu renoncer à vivre dans une société de consommation, qui prône « le mieux vivre grâce au toujours plus ? »

Vivre sans argent, est-ce possible ? Cette question, les Défricheurs l’ont posée aux Strasbourgeois, près de la place Kléber…

 

PREMIER SUJET : COMMENT VIVRE HEUREUX SANS ARGENT ?

Micro-trottoir n°1 :  «  Vivre sans argent est-ce possible ? »

 

Trois questions :

  • Peut-on imaginer revenir à une société totalement sans argent ?
  • Peut-on imaginer certains pans de notre société où l’argent n’aurait plus sa place ?
  • L’argent tend à se dé-matérialiser de plus en plus : monnaie électronique, paiement sans contact… Lorsque l’argent devient invisible, lorsqu’il disparait de nos sens, peut-on considérer que l’argent n’existe plus ?

 

Mieux vivre avec moins, cela implique que l’on dépense moins d’argent, que l’on achète moins… Et si l’on mène cette pratique jusqu’à l’extrême, c’est à dire mieux vivre avec toujours moins, il y a un moment où il ne restera que le strict nécessaire…

 

DEUXIÈME SUJET : LE MINIMALISME

Micro-trottoir n°2 : « Savez-vous ce qu’est le minimalisme ? »

Définition : Selon le Larousse, « le minimalisme est une recherche de solutions requérant le minimum d’effort et de bouleversement ». Cette définition est très vague et laisse à chacun une marge de liberté pour inventer sa propre définition du minimalisme. Il est en effet important de s’approprier les choses, de s’en imprégner pour leur donner le sens qu’on leur souhaite.

  • Le minimalisme, c’est avant tout réduire sa consommation dans tous les domaines de notre vie : possessions matérielles, relations personnelles, activités, loisirs, etc.
  • Le minimalisme implique de s’accepter tel que l’on est : incite à se contenter de peu et à trouver le bonheur et la satisfaction dans ce que nous possédons déjà.
  • Le minimalisme aide à prendre conscience que le temps est précieux : Se concentrer sur l’essentiel, faire une mise à jour de sa vie et s’interroger sur la qualité de celle-ci.

 

Trois questions :

  • Comment devient-on minimaliste ?
  • Certains diront que le minimalisme est une tendance défendue par les radins, une manière de se donner une belle image. Qu’en pensez-vous ?
  • Quels sont les avantages et les inconvénients du minimalisme ?

 

TROISIÈME SUJET : LE BONHEUR TOUT SIMPLEMENT ET LA SOBRIÉTÉ HEUREUSE

Micro-trottoir n°3 :  « Qu’est ce qu’il y a de plus important que l’argent ? »

Les personnes interrogées lors des micro-trottoirs ont démontré que de nombreux points tels la santé, les relations personnelles, le bien-être, les valeurs éthiques et la liberté d’expression étaient plus importants que l’argent.

 

Deux questions :

  • Vivre simplement, est-ce que ce n’est pas renoncer aux plaisirs et au confort que nous offre notre société ?
  • Vivre simplement, ne risque-t-on pas de s’isoler des autres qui ont un mode de vie différent ?

 

Mieux vivre avec un PEU MOINS n’est pas très difficile dans notre société de surconsommation et de suraccumulation. Par contre, mieux vivre avec BEAUCOUP MOINS est une démarche plus soutenue et donc plutôt un acte de résistance.
Sans pour autant devenir minimaliste, la question est de trouver le juste équilibre entre ÊTRE et AVOIR.

Tout au long de cette spéciale, nos invités vont vous parler de leurs actions au quotidien pour mieux vivre avec moins. CRÉSUS remercie les intervenants pour leurs contributions à cette émission spéciale "Mieux vivre avec moins".

Site internet pour en savoir plus :

Animateur : Régis HALTER 
Réalisation : Olivier LEGRAS

 

  

Vous connaissez le Marché de Noël de Strasbourg n’est-ce-pas ?
 
Mais connaissez-vous le Marché de Noël OFF ? 
 
Cet endroit respecte les traditions de Noël tout en ayant recours à des modes de consommation qui font sens…
Venez découvrir l’économie sociale, solidaire et respectueuse de l’environnement !

Retrouvez l’interview de Floriane DUPRÉ, chargée de mission Consommation responsable à la Chambre de Consommation d'Alsace, organisatrice du Marché de Noël OFF, qui nous parle de ce lieu convivial et chaleureux.
Au programme, de nombreuses animations riches et variées afin de passer un moment exceptionnel dans la Capitale de Noël.

La quatrième édition de Marché de Noël OFF, c’est du 23 novembre au 24 décembre, tous les jours place Grimmeissen (Petite France) de 11h à 20h en semaine et jusqu’à 22h les vendredis et samedis.
 
Pour en savoir plus sur le Marché de Noël OFF de STRASBOURG : 

 

De nouveaux témoignages vous attendent également dans l'émission de décembre de Radio Crésus !


Laurent, retraité depuis une dizaine d’années, vit aujourd’hui avec 1 000€ par mois. Reçu à la permanence de Crésus Alsace du tribunal d’instance d’Illkirch (Alsace), Laurent nous dévoile son quotidien et comment il a découvert Crésus qui l’accompagne dans son périple pour s’en sortir.  


Véronique, agent de service hospitalier, aide soignante, a été malade et en arrêt de travail pendant plusieurs mois, jusqu’au point d’être sans le sou. Comment faire face lorsque l’on a un crédit immobilier,  d’autres crédits à payer et un enfant qui poursuit ses études ? Doit-elle vendre sa maison ? Véronique et son compagnon ont finalement déposé un dossier de surendettement : la procédure suit son cours et ils souhaitent faire appel de la décision du tribunal. Ecoutez l’histoire de Véronique, un véritable parcours du combattant !


Jérôme a rendu service à un ami en prêtant son nom pour la création d’une micro entreprise. Bien mal lui en a pris : couverts des dettes à cause de la gestion désastreuse de l’ami, Jérôme paie, depuis 10 ans, tant bien que mal, ses créanciers. Arrivera-t-il à s’en sortir ? Découvrez-le en écoutant radio Crésus !

 

 

L'émission Radio Crésus du 10 novembre 2018 spéciale ESS est consacrée cette année à un thème d’actualité : Mieux consommer grâce à l'ESS, est-ce possible ? 
 
Pour quelle raison cherche-t-on à mieux consommer ?
  • pour des raisons environnementales,
  • équitables : rémunérer au juste prix le producteur,
  • sociales : favoriser le maintien dans l’emploi,
  • sociétales - pour favoriser le lien social
  • de santé individuelle, voir même de santé publique ?
Dans cette émission spéciale Radio Crésus, nous traiterons des thèmes de l’alimentation, du reclyclage, de l'habillement, de DIY, d'auto-réparation et cela à travers des exemples très précis grâce aux nos invités du moment. Et comme la problématique du budget des ménages nous tient à coeur, nous essayerons de trouver des réponses à cette question : peut-on mieux consommer tout en faisant des économies ?
 

Le premier thème abordé avec nos intervenantes est l'alimentation

Morgane Messmer du BOCAL

Le Bocal est une épicerie écologique, spécialisée dans le commerce en vrac en plein coeur de Strasbourg
On peut y acheter des farines et sucres, des fruits secs, des thés et cafés, des sels et épices, des pâtes, du riz, des huiles et vinaigres, des œufs, des chocolats et confiserie, des vins et même des cosmétiques.
Acheter en vrac permet de réduire notre impact sur l’environnement notamment en supprimant les emballages et sur-emballages et en évitant le gaspillage.
 
Contact : 21 rue de la Krutenau 67 000 STRASBOURG - Tél. : 03 88 36 70 61
Les Horaires d’ouverture : du mardi au vendredi : 10 h à 19 h et le samedi : 10 h à 17 h
 

Rose pour l'application Togoodtogo

Chaque année, 1/3 de la production mondiale de nourriture est jetée. Too Good To Go permet à chacun d’entre nous de s’engager contre le gaspillage alimentaire afin de donner l’opportunité à toute nourriture produite d’atteindre sa destinée : être mangée.
Grâce à Too Good To Go, des millions de repas ont déjà été sauvés ! Et en plus c'est bon pour le  portemonnaie !
 

 

Camille Denevert de la Ferme Saint André

La Coopérative de la Ferme Saint-André est spécialisée dans l'Agriculture Biologique, à but non-lucratif, oeuvrant dans la réinsertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté et en situation de handicap.
Manger sainement en choisissant des paniers écologiques dont la composition est faite avec des produits de saison, des légumes et fruits biologiques frais cultivés près de chez vous par une entreprise solidaire. La ferme Saint André s'inscrit pleinement dans l'Economie sociale et solidaire, localement, écologiquement et dans le dévelopement durable.
 
Contact : 6 rue de la Chapelle - 67490 Friedolsheim - Tél. : 03 88 70 20 86
Horaires : Point de vente de la ferme le mercredi de 13 h 30 à 17 h 00 et le vendredi de 14 h 30 à 17 h 30
 

Le deuxième thème abordé est le marché de seconde main 

Lauren CIANCIO de la RECYCLERIE - Boutique Solidaire, by AMITEL

Pour éviter de jeter des biens encore utilisables, souvent laissés par des résidents lors des départs, AMITEL (Association strasbourgeoise qui gère 4 résidences pour jeunes dans l’EMS) a créé La Recyclerie, une boutique solidaire, pour reprendre ces objets et les proposer aux nouveaux résidents, tout en sensibilisant des jeunes sur le cycle de vie des objets.
 
Contact : 25 Rue de Lucerne, 67000 Strasbourg
Horaires : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 14 h 00 à 18 h 00
 
Lauren CIANCIO de la Recyclerie by AMITEL

Delphine de TADAM - Eco'couture

Tadam propose des instants de partage et de transmission pour recycler ses ressources textiles et ménagères.
Sa mission est d’interpeller et démontrer les intérêts du détournement de vêtements qui dorment dans nos armoires en objets réutilisables au quotidien. Tadam transmet une connaissance des textiles pendant les ateliers pour des achats plus durables. 
Bien avant l’étape du tri des déchets textiles, ce sont nos choix au moment de l’acquisition d’un produit et la manière dont nous l’utilisons qui ont un réel impact sur l’environnement et la quantité de nos déchets.  Laisser parler son esprit éco-créatif et faire des économies par la même occasion, quel beau programme ! 
 
Contact : 14 Rue des Pigeons  - 67 200 STRASBOURG - Tél. : 06 80 76 72 58
 
Delphine de TADAM

Coline de Bretz' selle

Atelier associatif d'auto-réparation de vélos à Strasbourg. Bretz’Selle, c’est la promotion active du vélo basée sur l’apprentissage de la mécanique, l'animation et la mise à disposition d'ateliers équipés, le réemploi de vélos inutilisés ainsi que l'organisation de festivités sur le thème du vélo tout au long de l’année.
La notion d’autonomie est au coeur de notre projet associatif. De la mécanique, au fonctionnement général, un seul mot d’ordre : être acteur  !
Chaque adhérent répare lui-même son vélo et peu avoir un impact important au sein du fonctionnement démocratique de l’association par sa participation.
 
Contact : Adresse : 10 Rue des Bouchers, 67000 Strasbourg - Tél. : 09 51 29 87 59
Horaires : mardi de 14 h 00 à 20 h 30, mercredi de 17 h 00 à 20 h 30, jeudi de 16 h 30 à 20 h 00, vendredi de 11 h 00 à 17 h 30, samedi de 14 h 00 à 17 h 30
 
Lucie, Coline, Delphine, Lauren, Regis et Sandrine.
 

Tout au long de cette spéciale, nos invités vont vous parler de leurs actions au quotidion pour mieux consommer. Restez sur Radio CRÉSUS, la radio solidaire qui vous donne envie d’en savoir plus !

CRÉSUS remercie les intervenants pour leur contribution à l’émission spéciale Radio CRÉSUS du mois de l’ESS.

Sites internet pour en savoir plus sur l'ESS : 

 

 

Emission Radio Crésus de la rentrée 

Trois personnes témoignent de leur parcours de vie  financièrement difficile.
 
Gérard, retraité de l’enseignement,  73 ans, est surendetté : son endettement s'élève à 48 000 € et les mensualités des crédits sont le double de sa capacité de remboursement. Sa situation pécuniaire s’est dégradée sensiblement après la perte de son véhicule et l’impossibilité de compléter sa pension de retraite par une activité de portage de publicité. Un dossier de surendettement s’impose. Où en est-il dans la procédure ? 
 
Naïma , 51 ans, est en grande difficulté financière.  Sans diplôme, sans voiture, elle peine à trouver une activité rémunérée et accumule les dettes de loyer. Bénéficiaire du RSA, sa situation bascule lorsque la CAF lui réclame un trop-perçu de 1 500 €. Comment va-t-elle s’en sortir ? 
 
David témoigne de sa descente aux enfers entre une expérience professionnelle qui a mal tournée et une procédure de divorce qui dure.  David a bénéficié d’un moratoire (gel) de ses dettes pendant 2 ans par décision de la Banque de France. Mais malheureusement sa situation ne s’est pas améliorée…Que faire aujourd’hui ? 
 
Ecoutez leur témoignage et leur conseil sur radio Crésus, la radio qui vous aide !

 

Animateur : Régis Halter
Réalisation : Olivier Legras