qu'est ce que le FICP ?


 


ALINE témoigne avec courage de ses achats compulsifs et des effets qu’elle a du subir.
PIERRE, tout jeune retraité, n’arrive plus à faire face à ses crédits ;
MARIE, auto-entrepreneur est amenée à la liquidation judiciaire.
CHLOE, elle, s’est engagée comme co–emprunteur pour plusieurs dettes dont certaines professionnelles.
MAURICE, en situation de surendettement, hésite à agir alors qu’ALAIN vient juste de déposer son dossier auprès du secrétariat de la commission.
Tous ont décidé de témoigner sur RadioCRESUS, de dire ce qu’ils avaient sur le cœur et encourager à ne pas baisser les bras !


Témoignage


Radio CRESUS est à votre écoute et apporte des réponses pratiques, concrètes et juridiques. Accédez à nos témoignages poignants en écoutant Radio CRESUS.

JOHNNY, à cause de son divorce, vient de déposer un dossier de surendettement. Quel sort sera réservé à sa situation ?

JOHN, entrepreneur n’a pas résisté aux charges sociales à payer au RSI (Régime social des indépendants) ; son affaire a été liquidée et JOHN doit répondre de la caution personnelle qu’il a consenti à sa SARL. Comment peut-il s’en sortir ?

EVA, ancienne « entrepreneur en vente de véhicules » s’inquiète. Un ami s’est porté caution pour un de ses prêts. Devra-t-il le rembourser à sa place si elle bénéficie des effets d’une faillite civile ?

MARCELINE et sa famille sont acculées par un créancier qui réclame paiement sous menace de faire échouer la procédure de surendettement qu’elle a entamée. Peut-il agir comme il l’affirme ?

Et RAYMOND, aujourd’hui retraité, à vu sa demande de surendettement déclarée irrecevable. RAYMOND souhaite aller plus loin dans la procédure. Quelle action lui est ouverte ?


 


 

Monsieur Françoise LOOS, député, ancien ministre, rapporteur de la loi portant réforme du crédit à la consommation, est aux côtés de CRESUS et à l’écoute des personnes en grande difficultés financières et en situation de surendettement avéré.

François LOOS, Michel KNOELL, juriste de CRESUS, Cathie NEUBAUER, avocate et Régis HALTER, juriste et directeur adjoint de Cresus Alsace apportent des réponses aux questions et inquiétudes d’ADRIEN, qui à connu une baisse conséquente de ses revenus, à Françoise, qui s’est portée caution pour l’activité artisanale de son époux ARTISAN, victime d’un accident du travail, à JOSEPH que l’on menace de vendre sa maison, à JULIE, qui envisage une faillite civile après avoir tout perdu  de son commerce et de ses biens à cause d’ une banque « indélicate », à Christine épouse d’ ancien gendarme,  qui est harcelée par ses créanciers parce que leur couple ne peut plus faire face à ses dépenses, à EDWIGE, qui s’est engagée pour un crédit dont elle n’a jamais bénéficié et qui doit le rembourser, à JOCELIN, ancien chef d’entreprise tenue à la dette de celle-ci car il s’en est porté personnellement caution, à FRANCK, qui attend la venue du mandataire  dans le cadre de lsa procédure de rétablissement personnel.

Interviewé par R. HALTER, directeur adjoint de CRESUS Alsace,  François LOOS nous délivre les avancées de la dernière grande réforme sur la procédure de surendettement qu’il a défendu à l’Assemblée Nationale.

 


 

Témoignages :

Ils sont professeur de l'enseignement supérieur, auto-entrepreneur, intermittent du spectacle, retraité ou proche de la retraite, locataire ou propriétaire de leur logement et sont surendettés. Ils témoignent tous sur Radio Cresus de leur descente infernale dans la spirale du surendettement. Radio Cresus leur apporte soutien et réponses.

Elisabeth, propriétaire de son appartement, a déposé un dossier de déclaration de surendettement.
Françoise, auto-entrepreneur, n'arrive plus à faire face à ses créances.
Henri, bientôt à la retraite, doit anticiper son changement de situation
Dominique, intermittent du spectacle, a près de 25000€ de dettes.
Alexandra, retraitée de 75 ans , s'est endettée progressivement pour les études de ses enfants.
Nathalie a une maison. Elle risque d'être vendue aux enchères.
Monique, professeur, ne peut plus payer ses dettes accumulées depuis l'année 2003.


Intervention de Olivier BITZ

CRESUS engage les acteurs économiques sur le terrain de la lutte contre l'exclusion financière et le surendettement. Interview de Monsieur Olivier BITZ, Adjoint au Maire de Strasbourg, conseiller général du Bas-Rhin et président du réseau Enerest – Gaz de Strasbourg (Gaz distribution Services) , qui vous donne les clés du partenariat innovant destiné aux ménages fragilisés et dont l'objet est de leur apporter un accompagnement budgétaire et financier adapté à leur situation.

Intervention du député MAURER.

Monsieur Jean-Philippe MAURER, député, est à l'écoute de nos concitoyens surendettés et s'exprime à l'antenne de Radio CRESUS

 


Les loteries, attention danger ! Chaque année, des centaines de milliers d’envois de courriers annonçant le gain d’un lot sont envoyés aux particuliers. Surtout, ne répondez jamais à ces courriers : il s’agit d’un leurre. Il n’y a jamais de gain. Pire, on vous demande très souvent, pour pouvoir y participer, de payer une somme d’argent, ce qui est interdit par notre législation. Pour ne plus recevoir ce genre de courrier, la CNIL, Commission nationale de l’informatique et des libertés, a édité un guide « La pub si je veux » qui rappelle toutes les démarches à effectuer pour ne plus recevoir de publicité. Pour télécharger ce guide : www.cnil.fr Bon à savoir : si malgré les démarches, les sociétés continuent de vous adresser des loteries, signalez-le à la CNIL qui interviendra. Fiche Conso Chambre de consommation d’Alsace Loterie


Faire opposition à un chèque, dans quel cas ? Attention, émettre un chèque n’est pas anodin. Une fois signé, si vous changez d’avis, il n’est plus possible de l’annuler ; autrement dit, il n’est pas possible de faire opposition. En effet, il n’existe que quatre cas où il est admis de faire opposition : - vol d’un chèque ou d’un chéquier ; - perte d’un chèque ou d’un chéquier ; - émettre un chèque à une société mise en liquidation ; - utilisation frauduleuse d’un chèque. En dehors ce ces quatre cas, vous n’êtes pas autorisé à faire opposition à un chèque. Concernant les risques encourus si la loi n’est pas respectée, la banque s’expose à une amende 6000 €. Quant au consommateur, la peine encourue est d’un à cinq ans d’emprisonnement et/ou à une amende pouvant aller jusqu’à 375 000 €. Fiche Conso Chambre de consommation d’Alsace s